CONFESSIONS D’UNE ACCRO AU SUCRE : pourquoi c’est dur de lui dire adieu ?

Je vous en parlais déjà dans le tout premier épisode de « Confessions d’une accro au sucre », mais c’est sujet sur lequel j’avais envie de revenir de façon plus détaillée l’addiction au sucre. Pourquoi j’aime autant ça ? Pourquoi ai-je constamment envie de terminer un repas sur une touche sucrée ? Pourquoi quand je me sens tristounette ou angoissée, j’ai envie de sucre ?

Une équipe de chercheurs du CNRS de Bordeaux a montré en 2007 que le saccharose a un potentiel d’addiction plus élevé que la cocaïne ! Lors de leur expérience, ils ont proposé deux pipettes à des rats, une pipette remplie d’eau sucrée et l’autre de cocaïne liquide. Et sur 100 rats testés, 94 préférèrent le sucre.

assorted candy lot

Le sucre possède un véritable potentiel addictif. Crédit photo : Rawpixel.com sur Pexels.com

Depuis, d’autres recherches ont confirmé le potentiel addictif du sucre. Cependant, cette dépendance est à nuancer : seulement 5 % des consommateurs réguliers pourraient développer une dépendance aux délices sucrés alors que 20 % des usagers de cocaïne deviennent accros à cette drogue et que 30 % des fumeurs le sont à la cigarette.

Mais tout de même, ce n’est pas anodin car le sucre est une denrée alimentaire, présente en abondance et accessible à tous et tout le temps. Nous y sommes tous exposés : moi la première  !

Le goût sucré… on l’a dans la peau

Le Dr Pierre Nys, endocrinologue-nutritionniste, dont je ne peux que vous conseiller le bouquin si vous vous lancer dans une telle entreprise, explique que « le goût pour le sucré est inné. » En fait, on aime spontanément le sucre alors que les autres goûts eux, s’apprivoisent.

six assorted color lollipops

Il est prouvé que le sucre en favorisant la production de sérotonine a une fonction antistress. Crédit image : Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

De plus, il est prouvé que le sucre apaise et détresse. En effet, il favorise la sécrétion se sérotonine, une hormone antistress. C’est cela qui explique qu’en période de crise (rupture, licenciement…), on se rue sur de la crème glacée ou des sucreries. Je suis confrontée régulièrement à ce sentiment. Quand je me sens mal, je me réconforte avec de délicieux bonbons qui piquent. Une habitude délétère à long terme.

Le sucre et la récompense

Le sucre nous rend amoureuse en stimulant des neurones bien particuliers, ceux situés dans une région précise du cerveau : le noyau accumbens. En fait, consommer du sucre active le système de récompense. Ce système produit de la dopamine qui procure une sensation de bien-être de plaisir : bonheur, chaleur.

cerveau

Source : sucre-info.com

Cette hormone nous donne envie de renouveler l’expérience puisqu’elle nous a apporté une forme de satisfaction. Comme ce circuit de la récompense est sans cesse stimulé par notre surconsommation de sucre, nous en avons constamment envie. Par ailleurs, ce type de plaisir est facilement accessible, il suffit de se rendre au distributeur et d’avaler  une barre de chocolat. Pas folle la guêpe !

Cette expérience de plaisir simple, nous avons envie de renouveler encore et encore (c’est que le début d’accord, d’accord ! Merci Jean-Jacques pour cette intervention). Leçon : moins on en mange, moins on en a envie. D’où l’intérêt de la detox, donner un coup d’arrêt à cette dépendance.

Alors, prêt à tenter l’expérience #nosugar ? 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s