Sport et grossesse : comment les concilier ?

Qui dit « grossesse », dit pour beaucoup de femmes « arrêt du sport ». Et pourtant, de plus en plus de futures mamans choisissent de continuer à exercer une activité physique. C’est le cas de Ludy, coach sportive. Si elle n’a pas stoppé sa pratique sportive pendant sa grossesse, elle a bien sûr adapté ses entraînements à sa condition. Une expérience dont elle a tiré un programme de coaching.

Le phénomène des Fit Moms a été largement décrié sur les réseaux sociaux. Derrière cet anglicisme, de jeunes femmes enceintes de six ou même sept mois, affichant des ventres quasiment plats, conséquences de plusieurs heures de sport quotidiennes.

A l’origine du phénomène, Maria Kang, une Américaine fanatique de fitness. En 2013, elle a posté une photo d’elle avec ses trois enfants, dont le dernier âgé de huit mois. Affichant un corps sans défaut, elle avait accompagné le cliché d’une légende sans équivoque : « Quelle est votre excuse? ».

MARIA+KANG

Cette photo publiée sur la page Facebook de Maria Kang a été largement décriée, considérée comme étant culpabilisante pour les jeunes mamans.

Plusieurs voix se sont alors élevées pour dénoncer l’aspect culpabilisant de la publication mais très vite d’autres « Fit Moms » lui ont emboîté le pas en s’affichant sur les réseaux sociaux. L’une des plus célèbres d’entre elles, l’Australienne Chontel Duncan.  La jeune femme a notamment posté des vidéos et des photos d’elle effectuant des entraînements de haute intensité pendant son 3e trimestre.

Dans cette vidéo, la jeune femme pratique un training particulièrement intense intégrant même des burpees, un exercice phare du crossfit.

La philosophie de Ludy, du sport…en douceur !

Ludy, coach sportive installée au Viêt-Nam a, elle, opté pour une toute autre approche pendant sa grossesse. La jeune femme a décidé de continuer à s’entraîner avec douceur en écoutant son corps et en adaptant chaque exercice à l’évolution de sa grossesse. « Le maître-mot selon moi, c’est l’écoute. Chaque femme vit sa grossesse différemment, il faut donc rester en harmonie avec son corps. »

1526911603Ecouter son corps oui, mais aussi continuer à bouger car le sport est bénéfique pour les futures mamans. L’activité physique est un bon moyen de faire travailler son cœur et donc d’entretenir son cardio : « c’est extrêmement utile pendant l’accouchement qui réclame une énergie importante » souligne Ludy. La coach affirme même que le « sport permet d’atténuer les douleurs de la grossesse et de renforcer le corps. C’est une bonne façon de pallier aux déséquilibres qui émergent pendant cette période si particulière. »

Quand commencer ? Comment s’y prendre ?

Ludy insiste sur un point important : avoir le feu vert de son médecin avant de se lancer dans la pratique sportive quand on est enceinte. Si aucune contre-indication n’apparaît, le sport est possible.

Faire du sport pendant la grossesse s’adresse essentiellement aux femmes déjà sportives qui ne souhaitent pas mettre fin à leur pratique du jour au lendemain. Mais même pour les sportives confirmées, le premier trimestre peut se révéler particulièrement éprouvant. Pour certaines femmes, il est parfois impossible de pouvoir véritablement structurer un entraînement. Pas de panique précise Ludy, on peut s’y mettre un peu plus tard quand les nausées et la fatigue se sont dissipées.

Capture Ludy

Ludy propose des exercices adaptés à chaque phase de la grossesse. Le but : bouger en toute sécurité.

Quoiqu’il en soit, à chaque trimestre son rythme et ses exercices adaptés : « Je propose des sessions d’une trentaine de minutes, c’est souvent la durée idéale en termes de fatigue et d’organisation pour une future maman. » Et bien entendu chaque exercice est savamment réfléchi pour s’adapter aux conditions de la future maman, le but est de travailler en toute sécurité : « Les exercices évoluent au fur et à mesure de la grossesse. Quand le ventre s’arrondit, le grand droit [muscle abdominal situé entre la partie antérieure du thorax et le pubis NDLR] ne peut plus et ne doit plus être sollicité par exemple. »

Dans cette vidéo, Ludy propose un circuit training d’une trentaine de minutes adapté au second trimestre de grossesse :

Ludy mise sur des exercices fonctionnels avec des mouvements du quotidien, des exercices de renforcement musculaire doux qui permettent aux futures mamans « de ne pas se rouiller » et de continuer à bouger facilement alors que le corps change. Concernant le stretching, si la coach en propose, elle précise qu’il faut se montrer extrêmement prudent : « La relaxine, une hormone de grossesse, ramollit les ligaments, les muscles et les cartilages. Il est donc plus facile de se blesser avec des étirements puisque le corps est beaucoup plus souple. » 

Rendez-vous sur le site Ludy « Go Girlzz » pour découvrir ses conseils et ses programmes de coaching adaptés !

 

 

*Etude de l’université Memorial de Terre-Neuve (Canada) présentée lors du Congrès annuel de la Société américaine des anesthésistes – 24 au 28 octobre 2018 à San Diego (Californie, États-Unis).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s